Logo de Nerepix - Agence Web à Caen

Qu'est ce que la pollution digitale ?

Soucieux de notre empreinte écologique à l’agence Nerepix, nous nous sommes penchés sur cette réalité que peu de français connaissent : la pollution digitale. Mais Quésaco ? Nous vous expliquons tout !
Le numérique représente 16% de l'électricité mondiale (crédit photo: Nerepix)

L’ampleur de la pollution digitale en 2020

La pollution digitale (ou pollution numérique) est engendrée par les nouvelles technologies. En effet l’utilisation d’internet et la conception des objets connectés nécessitent beaucoup d’énergie et émettent des gaz à effet de serre qui contribuent à la pollution de notre planète.


Le numérique représente aujourd’hui 16% de l’électricité mondiale dont 7 à 10% uniquement pour internet (1). Pour imager ces chiffres, internet émet plus de CO2 que le trafic aérien. 

L’explosion de la pollution numérique est liée à l’explosion du trafic internet : il y a 3,48 milliards d’utilisateurs web dans le monde aujourd’hui et les prévisions indiquent 4 milliard en 2030, soit plus de la moitié de la planète. (2)

Avec tous ces internautes, il y a environ 34 milliards d'équipements en circulation dans le monde, dont 19 milliards sont des objets connectés.

Malheureusement, 73 % de la population française n’a pas conscience de la notion d’écologie digitale et de pollution numérique (3).

 

 


Les objets connectés contribuent à la pollution numérique

Il faut savoir que les objets connectés représentent 76% de l’épuisement des ressources naturelles non renouvelables (3).

C’est la fabrication des appareils connectés qui est le plus énergivore, d’une part à cause d’une surexploitation des ressources naturelles liée à l’extraction perpétuelle des composants des objets connectés. D’autre part, à cause de la pollution terrestre, aérienne et marine dues à la fabrication des pièces détachées, à leur assemblage et au transport des objets connectés. 
Généralement, le poids des matières premières nécessaire à la fabrication d’un objet connecté fait 50 à 350 fois le poids de l’appareil en lui-même. (4) 

Par exemple, la production d’un téléviseur nécessite 2,5 tonnes de matières premières plus 350kg de CO2, ce qui équivaut à un aller-retour Paris/Nice en avion.


Pour mieux vous rendre compte de l’importance de la pollution du processus de fabrication d’un appareil connecté, sachez qu’il faut 80 fois plus d’énergie pour créer un gramme de smartphone qu’un gramme de voiture (5).

Enfin, les déchets électroniques (téléphones, ordinateurs, télévisions, etc…) contribuent également à la pollution numérique puisqu’il y en a 44,7 millions de tonnes par an dans le monde dont 80% ne sont pas recyclés (6). 75% de ces déchets finissent illégalement dans d’immenses décharges à ciel ouvert en Chine, Inde ou Afrique (7).


La pollution digitale est également due au fonctionnement du réseau internet

Au-delà de la fabrication des appareils connectés, entre l’utilisation d’internet, sa disponibilité permanente et le stockage des données dans des structures appelées “data center”, le fonctionnement du réseau internet consomme également énormément d’énergie.
Selon M. Wissner-Gross, chercheur à Harvard, chaque requête Google émet 7 grammes de CO2. Sauf que chaque heure, à travers le monde, plus de 140 millions de requêtes Google sont effectuées. Ainsi en seulement une heure, le CO2 émis par les recherches Google du monde entier représente environ 1000 aller-retours Paris – New York en termes de pollution. (8)

Il faut également savoir que le visionnage de vidéos et de films en streaming, l’envoi de mails, l’utilisation de la 4G et bien d’autres pratiques du quotidien contribuent à la pollution numérique. Par exemple, la 4G est 23 fois plus énergivore que le Wifi (7).


En ce qui concerne les data centers qui collectent et stockent toutes les données, il faut savoir qu’ils sont allumés 24H/24 et 7j/7 et qu’ils représentent 10% de la consommation d’électricité française. Seulement, 40% de leur consommation d’électricité sert à les refroidir par climatisation pour éviter qu’ils ne surchauffent. (6) Aussi, un data center représente la consommation d’électricité de 30 000 habitants européens et rien qu’en France nous avons environ 180 data centers. (8)

Comme vous l’aurez compris à travers cet article, la pollution digitale paraît invisible mais elle est bien présente. Et c’est à nous, internautes, d’agir pour réduire notre empreinte carbone digitale. Mais quelles sont les pratiques numériques les plus polluantes ? Et quels sont les gestes à adopter pour réduire notre pollution ? Nous le découvrirons dans un prochain article !

 

(1) http://www.ordi3-0.fr/impact-environnemental-numerique.html

(2) https://www.blogdumoderateur.com/10-chiffres-internet-france-2019/ 

(3) https://www.grizzlead.com/lincroyable-impact-de-la-pollution-numerique-et-les-bonnes-pratiques-a-adopter-tres-vite/ 

(4) selon l’ADEME

(5) https://www.greenit.fr/wp-content/uploads/2019/10/2019-10-GREENIT-etude_EENM-rapport-accessible.VF_.pdf

(6) https://verdamano.com/la-pollution-numerique-on-en-parle/

(7) https://www.greenpeace.fr/la-pollution-numerique/ 

(8) https://www.fournisseur-energie.com/internet-plus-gros-pollueur-de-planete/ 

Nos prestations et références en lien avec cette actualité

Nos autres dossiers et en lien avec cette thématique

Profitez du digital pour développer votre...

Principalement impactées suite au re-confinement (fermeture administrative), ces entreprises ont besoin de...

Référencement de mon site : j’ai besoin de...

Qu’est-ce qu’une campagne Google Ads ?La campagne adWord se caractérise par achat de mots-clés...

Tout savoir sur les influenceurs

A la suite de nos 7 articles démontrant l'intérêt des influenceurs pour les entreprises, nous avons...

Pollution digitale et bonnes pratiques à mettre...

Le mois de Janvier a été placé sous le signe de la pollution digitale. En effet, 73% de la population...
Nos prestationsNos réalisationsRetour à la listeNous contacter
En savoir plusJ'accepte
Les cookies assurent le bon fonctionnement des services de ce site. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.